Qui s’oppose au maintien du centre de santé, rue Viala ? Personne ? Alors, élus, représentants, décideurs, c’est maintenant qu’il faut agir, et non ergoter !

Qui s’oppose au maintien du centre de santé, rue Viala ? Personne ?

Alors, élus, représentants, décideurs, c’est maintenant qu’il faut agir, et non ergoter !
Paris XV, le 5 janvier 2018,
Mesdames, Messieurs,

Tout d’abord, permettez-nous de vous adresser nos meilleurs vœux pour 2018.

Par cette lettre, nous voulons vous tenir informés de la situation du centre de santé de la rue Viala (60.000 dossiers de patients), qui reste sur le coup d’un jugement d’expulsion inacceptable.

Nous avons communiqué largement par voie de tract à la population ces deniers mois. Nous avons interpellé les élus avec insistance, à côté des démarches des professionnels du centre de santé. Nous avons envoyé une lettre ouverte à Mme Hidalgo, une copie à tous les conseillers de Paris, au Maire et aux élus du 15 ème , aux députés du 15 ème . Nous avons organisé un rassemblement devant la mairie du 15 ème , sommes intervenus au Conseil de quartier, avons pris contact avec les médias. Nous vous rendons compte des réponses ci-dessous.

Nous rappelons que le jugement d’expulsion n’a rien à voir avec le fonctionnement du centre de santé, qui se poursuit dans de bonnes conditions. Le propriétaire de l’immeuble du 12 rue Viala, la Caisse des allocations familiales refuse, depuis le 1 er janvier 2017, de reconduire la convention d’occupation qui la lie au centre de santé (qui occupe 700m2 sur deux étages). Un temps elle a évoqué une forte augmentation de l’indemnité d’occupation. Elle voudrait maintenant récupérer les locaux pour des projets qui lui sont propres.

Nous considérons que ce choix de la direction de la CAF est indéfendable moralement, socialement et économiquement. Nous rappelons que le centre la rue Viala a été fondé en 1935 par la CAF qui l’a géré en direct jusqu’en 1996. Elle en a ensuite cédé la gestion à une mutuelle étudiante qui n’est plus arrivée à l’assumer et a été placée en redressement judiciaire. Le tribunal de commerce a désigné, en 2016, un repreneur pour les mêmes activités de centre de santé conventionné, de secteur 1, non lucratif, accueillant tous les patients, avec des médecins salariés, suivant le code de la santé. La CAF renie sa raison d’être sociale et son histoire. Par ailleurs, il s’agit de quelques 700m2 de locaux et de quelques milliers d’euros par mois, à comparer avec les dizaines de milliers de m2 de l’immense opération immobilière récente sur les terrains rue Viala, rue Finlay, rue Saint-Charles copilotée par la CAF elle-même.

Nous rappelons également que l’ensemble des acteurs politiques reconnaissent le déficit, notamment dans le 15 ème , d’offre de santé de proximité de secteur 1 (+ le dentaire et l’ophtalmologie). Tous prétendent vouloir défendre les centres de santé. La médecine libérale en crise, malgré la médiatisation des nouvelles maisons médicales, a besoin de leur complément. Il est anormal que les urgences des hôpitaux soient engorgées par l’épidémie de grippe.

Nous avons donc appelé les élus à être conséquents. Nous leur avons exposé les trois exigences :

  1. La levée immédiate de la menace d’expulsion qui nuit à la sérénité du Centre.
  2. La recherche d’une solution pérenne pour son maintien.
  3. La convocation d’une réunion publique de concertation réunissant tous les acteurs. Nous leur demandons d’être francs : veulent-ils ou non le maintien du centre de santé ? Sont-ils prêts à s’engager ? Nous n’avons que faire des actes de témoignages qui servent à se dédouaner en fin de course et nous savons les démasquer.

Les députés du 15 ème . Mme Grégoire nous a fait recevoir par un de ses assistants pour un échange, principalement informatif. M. Renson nous reçoit personnellement en janvier. Nous lui rappellerons sa réponse à notre questionnaire de juin, avant les législatives, où il affirmait son soutien au centre Viala et sa dénonciation de la fermeture des centres de santé Beaugrenelle et Anselme Payen.

La municipalité du 15 ème . M. Goujon et son exécutif nous ont réaffirmé leur soutien au centre Viala. Dans ce sens, ils ont déposé un vœu au conseil d’arrondissement du 27/11/17 qui reprend en partie nos demandes (solution pérenne). Ce vœu a été adopté à l’unanimité moins les abstentions du groupe « La Gauche ». Il a été ensuite présenté au Conseil de Paris le 12 décembre et rejeté par vote contre de tous les groupes de la majorité Hidalgo. Par ailleurs, M. Goujon a pris contact directement avec la direction de la CAF et nous a confirmé la volonté de cette dernière de reprendre la main sur les deux étages du 12 rue Viala.

La municipalité de Paris. Mme Hidalgo n’a pas répondu à notre lettre ouverte. Une de ses collaboratrices a pris contact avec nous. L’échange n’a pas donné de réponse à nos interrogations. Au Conseil de Paris, Mme Anne Souyris, adjointe à la santé, a rejeté le vœu de la municipalité du 15 ème avec des arguments erronés et une méconnaissance visible du dossier, malgré son importance (60.000 patients!). Elle a renvoyé la CAF et le repreneur du centre de santé dos-à-dos à ce qui serait « un contentieux » entre eux, sans souci de l’impact sur la population. Elle a affirmé un non-sens, son refus de « protéger un centre de santé qui serait commercial », alors que par définition légale, un centre de santé est à but non lucratif. Il est très regrettable qu’aucune intervention (mise à part l’exposé du vœu par une élue du 15 ème ) n’ait corrigé le hors-sujet de l’adjointe. Notre incompréhension est totale.

Nous en avons fait part à M. Dargent, seul conseiller de Paris du 15 ème de la majorité Hidalgo du 15 ème (hors de Mme Hidalgo elle-même) qui a pu nous recevoir seulement après les votes. Au Conseil d’arrondissement, il s’était abstenu arguant, mal informé, que le centre de santé ne payait aucune indemnité d’occupation à la CAF. Malgré un démenti incontestable entre temps, au Conseil de Paris, il n’est pas intervenu et sa majorité a transformé son abstention en vote contre le vœu pour le maintien du centre Viala. Nous ne comprenons vraiment pas. Lors de notre entretien, il nous a assurés que des démarches seraient entreprises pour que la CAF n’expulse pas le centre. Nous lui demandons de rendre public l’état des échanges éventuels entre lui-même, la municipalité et la CAF. Il a évoqué, devant nous, une recherche de relocalisation dans le quartier via la SEMPARISEINE. Qu’en est-il ? D’autant que la majorité Hidalgo a pris garde de ne pas être tenue par le vote du vœu.

Mesdames, Messieurs, nous ne pouvons pas nous satisfaire de propos lénifiants, de positions de principe, d’affirmations dilatoires. Partant de la situation présente, des réponses obtenues jusqu’à présent, nous appelons à renforcer la mobilisation pour le maintien du centre de santé VIALA.

Aucun interlocuteur ne nous a répondu sur notre exigence d’une réunion de concertation ouverte avec tous les acteurs. Aussi, nous allons recontacter chacun en vue de fixer une date fin janvier, début février, où nous les inviterons tous et nous vous inviterons !

Car en 2018, pas plus qu’en 2017, nous ne laisserons détériorer notre vie de quartier, nos équipements publics et en particulier ceux qui servent notre premier vœu à tous : LA SANTE !

 

Bonne année 2018, cordialement,

Pour le Comité de défense Front de Seine – Beaugrenelle – Charles Michels,

  • Marie-Claude Beaudeau, présidente
Je veux participer !
 J'adhère
 Dates à retenir

 Conseil de quartier Emériau / Zola

 05 juin 2018

 à 19h à 21h
 Collège Guillaume Apollinaire

 Rassemblement pour le centre de santé Viala avant le Conseil d’arrondissement

 Lundi 27 novembre 2017

 à 18h00
 Parvis de la Mairie du 15ème
 Derniers tracts