Compte-rendu de l’AG du 12/12/2014

COMPTE RENDU DE L’ASSEMBLEE GENERALE ANNUELLE DU 12 DECEMBRE 2014

La présidente ouvre la séance à 19 heures.

Marie-Claude Beaudeau présente au nom du conseil d’administration le rapport d’activités de l’année 2014, et les perspectives de l’année 2015.

Elle excuse tout d’abord plusieurs membres du Conseil d’administration, absents pour des raisons de santé.

63 adhérent (es) sont présents. 75 ont envoyé une procuration.

Elle rappelle que le COMITE DE DEFENSE aura  10 ans en février prochain.

Le mandat qui nous a été fixé est inscrit dans nos statuts.

Depuis, notre démarche est claire : nous mettons tout en œuvre pour bien cerner les besoins du quartier, en y vivant, en écoutant les habitants, en faisant des propositions, en décidant de nos activités au quotidien et en choisissant les formes d’action les plus appropriées, compte tenu de nos moyens. Nous n’écartons rien, dès lors qu’il s’agit de défendre l’intérêt général.

Nous voulons sur tout problème faire avancer les revendications, et faire changer le cours des choses, et nous voulons gagner.

Pour faire aboutir nos exigences, nous devons rassembler toujours plus d’habitants, d’acteurs du quartier sur nos objectifs. La tâche n’est pas toujours facile, surtout dans un quartier où la population est très dense. Mais notre priorité c’est rencontrer les habitants, saisir les besoins qu’ils avancent et agir. En nous rejoignant, nos adhérents cherchent en quelque sorte à user de leurs pouvoirs de citoyens pour améliorer leur quotidien.

A ce jour, nous comptabilisons pour 2014, 352 adhérents : 219 femmes et 133 hommes.

90 % habitent le quartier (certains l’ont quitté

mais continuent à cotiser) et parmi eux 70 % habitent le cœur du quartier, dans les limites administratives du Conseil de quartier EMERIAU/ZOLA.

2014 était une année d’élections municipales.

Nous avons écrit dès le mois janvier à tous les candidats têtes de listes à ces élections, susceptibles d’être élu (e) Maire de Paris, pour qu’ils ou qu’elles s’engagent à équiper le quartier d’un centre de santé municipal. Nous avons publié nos lettres et les réponses dans un tract distribué en 5 000 exemplaires.

Pour nous, ce centre de santé est l’équipement dont le quartier a le plus besoin.

D’autant plus que celui qui avait été implanté à l’origine dans le centre commercial accueillait 20 à 30 000 patients par an. Ils permettaient, mais pas seulement, à certaines familles modestes de pouvoir se  soigner. Lors de sa démolition, l’engagement avait été pris par Mme HIDALGO, alors première adjointe de la Ville de Paris, qu’un centre de santé se réinstallerait dans le quartier. Le promoteur parlait même de l’implantation sur la dalle.

Nous continuons d’agir pour que les promesses des élus soient tenues.

Le BUREAU DE POSTE de l’avenue ZOLA : la situation n’a pas changé. Les moyens en locaux et en personnels sont largement insuffisants. Le temps d’attente n’a pas diminué et les conditions d’accueil sont de pire en pire. A certains moments de la journée, l’attente se fait à l’extérieur ! Sachant que la direction de La Poste, au nom de la rentabilité, supprime des personnels et ferme des Bureaux, en milieux rural comme urbain, le COMITE DE DEFENSE reste très vigilant. Nous allons reprendre la pétition, ce Bureau est en danger.

LA SECURITE : nous estimons que certains jours, l’afflux de visiteurs au Centre commercial devrait conduire les services de police à une présence pour assurer la sécurité des personnes. Et pas seulement comme nous le constatons certains samedis après- midi, quand les carrefours sont embouteillés, le pont de Grenelle totalement bouché !

Nous avons aidé les locataires des bailleurs sociaux à s’organiser en amicales.

Les S.A. de HLM  (EFIDIS, BATIGERE, COOPERATION et FAMILLE) respectent de moins en moins leurs locataires. Le taux d’effort que représentent le loyer et les charges par rapport à leurs revenus, font basculer certaines familles dans la précarité, et parfois même dans la pauvreté. Le contrôle par les locataires des charges locatives récupérables est de plus en plus difficile.

La vente par GECINA à la SA. BATIGERE de la Tour Beaugrenelle entraine l’annonce d’un doublement, et parfois plus, des loyers.  La Ville de Paris et les services ministériels du logement ont validé cette opération, finançant une partie de l’opération, sans poser aucune condition sur les conséquences pour les locataires.

Après 14 mois de fonctionnement du centre commercial, nous estimons que les conséquences prévisibles sont malheureusement bien là.

Quotidiennement, nous constatons les embouteillages, les stationnements sauvages, y compris sur les trottoirs, les zones réservées aux services d’urgence, les emplacements d’arrêt des bus, l’insécurité totale à certains carrefours, les espaces piétons qui s’amenuisent au fur et à mesure de l’extension de certaines activités, les nuisances sonores et olfactives provenant des restaurants et des traiteurs, la disparition de certains commerces des rues avoisinantes, l’insuffisance des transports en commun, etc …

Nous avions dénoncé dès la délivrance des permis de construire un centre commercial, trop grand, trop volumineux, mais surtout inadapté au quartier.

La Ville de Paris a laissé se construire au 21ème siècle à Paris, un équipement commercial de 55.000 m2 dont la grande majorité des magasins n’ont pas de place de livraison ! C’est le cas du restaurant mac-do (les palettes de sandwich sont livrées sur le trottoir par des camions de gros tonnage), la Grande Récré n’a qu’une solution : recevoir les camions de livraisons de nuit ! Mais ce sont aussi les livraisons des magasins tout au long de la rue Linois des journées entières, empêchant les cyclistes d’utiliser les pistes cyclables, et les voitures de la ligne de bus 70 d’utiliser les arrêts prévus à cet effet !

Et parce que ça ne suffisait pas, le commissariat a autorisé le Centre commercial d’installer un service « voiturier » entre les deux passages piétons du carrefour Linois/rue de Flers.

Ce carrefour dont la dangerosité doit être soulignée est impraticable pour les piétons.

Pourquoi avoir donné l’autorisation au centre commercial, par permis modificatif, de condamner l’entrée des cinémas par le parvis quai de Grenelle ? Simplement pour que tous les clients des salles de cinémas entrent automatiquement par l’entrée du carrefour Linois/de Flers, permettant ainsi que l’ilot Verseau soit ouvert 7jours/7 et le soir tard.

Nous avons développé ce constat, en faisant des propositions, dans toutes les réunions des structures auxquelles participe le Comité de Défense : Conseil de quartier, CICA du 15ème arrondissement, réunions de la SEMPARISEINE, etc.  Nous ne cessons de réclamer au député maire du 15ème qu’une structure se réunisse régulièrement. Elle devrait  rassembler les élus, tous les acteurs des opérations foncières et d’aménagement, les représentants des associations de riverains, pour examiner les véritables besoins du quartier, et suivre les conséquences de tous les chantiers en cours ou à venir. Quant au Centre commercial, il est temps de lui faire respecter les règlements en vigueur dans de nombreux domaines. Il doit aider à compenser les places de stationnement supprimées en surface, en baissant dans un premier temps le prix des parkings, y compris ceux de l’ilot Charles Michels (300 places permanentes utilisées par les riverains).

En début d’année 2014, le député maire Philippe GOUJON avait pris l’engagement de réunir une structure dont nous demandons la constitution depuis l’année 2008 (comité de pilotage qui n’a existé que dans les promesses). Lors de notre dernière entrevue en mairie, la précision nous a été donnée qu’une première réunion serait très rapidement programmée.

Nous allons y veiller.

Les rues sous la dalle doivent être rénovées. Et notamment l’éclairage sous dalle dont l’entretien n’est pas assuré et qui nécessite une réfection totale. Pourquoi la SEMPARISEINE et la Ville de Paris ne poursuivent elles pas les travaux exécutés l’an passé sur la première partie de la rue de Flers ? Le financement est-il voté ? Autant de questions que nous posons aux élus. Si nous baissons la garde, les problèmes disparaitront d’eux-mêmes !!

Toutes les causes de diverses  nuisances sonores, olfactives, doivent être examinées ; les établissements et entreprises responsables de ces nuisances doivent tout mettre  en œuvre pour les faire disparaître. Aujourd’hui des nouvelles techniques existent et des textes réglementaires doivent s’appliquer pour rendre obligatoires certaines mises aux normes.

Les demandes des opérateurs  d’installations d’antennes relais sur les immeubles doivent être soumises à concertation et faire l’objet d’un dossier consultable par tous ceux qui le souhaitent.

Les riverains sont en droit de l’exiger. Nous les y aidons.

L’accessibilité de la station de métro CHARLES MICHELS, de tous les immeubles, tous les trottoirs de toutes les  rues, notamment  tous les espaces publics lors de chantiers, doit être réalisée pour que les personnes à mobilité réduite puissent utiliser les transports en commun, et rester indépendants.

Voilà tous les sujets dont nous avons considéré que nous devions les prendre en compte dans nos activités.

Maintenant, nous vous proposons pour l’année 2015 de poursuivre notre activité  en reprenant l’ensemble des revendications que nous allons tenter de regrouper dans une pétition adressée à Madame La Maire de Paris et Monsieur le Président du Conseil d’Administration de la SEMPARISEINE, parce qu’elles sont soit de leur compétence, soit qu’elles méritent de leur part un nouvel examen de décisions déjà prises.

Nous voulons une campagne massive. Aussi, nous allons l’éditer à plusieurs milliers d’exemplaires, la distribuer largement dans le quartier, la faire connaitre par tous les moyens. Certains d’entre vous sont prêts à faire connaître nos bulletins à leurs voisins. Nous nous appuierons sur vous tous.

La REHABILITATION DE LA DALLE : la SEMPARISEINE, arguant du fait qu’elle n’est pas propriétaire de la dalle pour la partie KELLER, refuse de la prendre en charge. A toutes nos demandes, il nous est répondu que ce sont aux propriétaires LA POSTE et FRANCE TELECOM.

d’assumer les travaux de cette surface. La Ville de Paris a même annoncé qu’elle comptait transférer la crèche municipale, sans indiquer le futur emplacement. Les négociations sont en cours depuis plus de 10 ans. Il serait inadmissible que l’ensemble de la dalle jusqu’à JAVEL soit rénovée et que la dalle KELLER reste dans l’état de délabrement actuel.

LA MUNICIPALISATION DE LA DALLE : des négociations et des actions, puis  des procédures contentieuses sont en cours depuis 1999, engagées par l’A.S.F.S. (Association syndicale du Front de Seine) regroupant toutes les tours de co propriétaires. S’il est bien reconnu que la dalle est un espace public, son entretien courant et les grosses réparations sont prises en charges par les immeubles y  ayant un accès direct. Si la Ville de Paris participe financièrement, une convention signée en 1972 pour 40 ans est arrivée à expiration. Il est temps d’obtenir que la dalle soit considérée comme une voie publique. La Ville de Paris doit délibérer et municipaliser toute la dalle. Si nous informons les co propriétaires et les locataires des immeubles, si nous appuyons l’action de l’ASFS, nous pouvons obtenir que la Ville comprenne que déjà imposés par les taxes d’habitation et foncières, les habitants du Front de Seine n’ont pas à payer une seconde fois le même service rendu.

La Présidente passe ensuite la parole à plusieurs intervenants :

Le débat porte

– sur la situation des locataires de la Tour Beaugrenelle qui ont été prévenus en mars 2014 que les loyers des appartements seront augmentés, dès la fin des travaux. L’Amicale des locataires annonce qu’elle organise une réunion de tous les locataires à la mi janvier 2015.

– la municipalisation de la dalle. La présidente de l’ASFS fait le point des actions judiciaires et soutient notre inititiative d’inclure cette revendication dans notre pétition.

– les nuisances sonores des extractions d’air de la Tour Cristal,

– les nuisances des odeurs des restaurants du centre commercial, sur la dalle.

– les nuisances sonores causées par des soirées bruyantes organisées sur des bateaux au droit des Tours Avant-Seine, Seine et Mars,

– la vigilance de la future construction de l’école hôtelière LE CORDON BLEU : nous n’avons pas eu de réponse à nos interrogations sur les équipements de climatisation, les extractions d’air, provenant des cuisines.

– la pétition signée par les locataires des 23, 25 rue Keller, la direction, les personnels et les lycéens de l’Ecole rue Keller contre les stationnements sur les trottoirs, les livraisons de nuit, l’insécurité des piétons sur les parvis séparant les deux immeubles du centre commercial, à hauteur de la Grande Récré et Nature et Découverte.

– sur les discours de Mme Hidalgo et de l’investisseur GECINA lors des « fausses concertations ».  Lorsque le Comité de Défense soulevait les problèmes pourtant prévisibles, nous étions insultés.

– la modification du P.L.U lancée par la Ville de Paris, d’une manière assez étrange, très discrète, dont il faudra suivre la progression et faire part de nos remarques le moment venu, au cours de l’enquête publique qui devrait s’ouvrir ce printemps.

–  l’éventuel classement du quartier en zone touristique par la Ville de Paris, dont nous proposons qu’elle soit refusée.

–  plusieurs adhérents se proposent pour  aider sur des problèmes ponctuels. L’idée est retenue d’organiser quelques réunions en cooptant les adhérents qui le souhaitent.

La Présidente avant de mettre aux voix le rapport d’activités, adopté à l’unanimité,  revient sur les objectifs que se fixe le conseil d’administration pour 2015, et qui se retrouveront dans une pétition.

Gérard LENOBLE présente le rapport financier et la trésorerie arrêtés à la date de l’assemblée générale.

Le tableau récapitulatif par postes est remis à  chaque adhérent (e) présent (e)

Les recettes s’élèvent à 4 005 € se répartissant ainsi :

Cotisations 1 760 € – Dons 2 245 €

Les dépenses s’élèvent à 2 297,14 €

Compte tenu de ce qu’il reste à payer d’ici fin décembre 2014 : 1 680,30€, les  dépenses de l’année 2014 s’élèveront à 3 977,44 €  (reste à payer 4 factures pour un montant

de 1 680,30 € ).

Le solde créditeur de l’année 2014 s’élèvera à 27,56 €

Nous tenons à votre disposition l’ensemble des pièces comptables concernant dépenses et recettes de l’exercice.

Gérard LENOBLE donne alors les raisons de sa démission. Christiane et lui ont assuré pendant 8 ans la trésorerie du Comité. L’âge leur impose aujourd’hui de laisser cette tâche.

Ils rappellent quelques souvenirs du quartier. Lorsqu’ils ont obtenu un appartement au 19ème étage de la Tour Keller, celle-ci étant la seule construite sur le Front de Seine, tout Paris était  leurs pieds ! Ils ont vu se « monter » tous les autres immeubles sur la dalle, et ils ont appris à aimer ce quartier.

Gérard et Christiane garderont un bon souvenir de cette période de leur vie de militants grâce au Comité qui leur a permis de côtoyer beaucoup de personnes, d’apprécier tout l’intérêt qu’il y a à agir ensemble pour tous.

Avant de faire adopter le rapport financier, à l’unanimité, la présidente insiste sur tout ce qu’ont fait Christiane et Gérard pour que le Comité se renforce.

Elle les remercie chaleureusement pour leur dévouement, leur disponibilité et l’esprit amical qui a souvent permis un bon équilibre dans le Conseil d’administration.

Nous les remplacerons mais ils nous manqueront.

RENOUVELLEMENT DU CONSEIL D’ADMINISTRATION :

Sont démissionnaires Christiane LENOBLE, Gérard LENOBLE, Andrée RALISON.

Nous proposons ce soir la candidature de Claudie LECUYER, habitant la Tour Keller, âgée de 70 ans, retraitée de La Poste.

Nous avions coopté Claudie LECUYER au conseil d’administration et elle participait depuis plusieurs mois à nos réunions. D’ailleurs, c’est elle qui a pris en charge l’enregistrement des adhésions 2015, et nous sommes convaincus qu’elle fera une bonne trésorière.

La Présidente fait appel à candidature. Malgré son insistance, aucune personne ne se signale.

Le nouveau conseil d’administration élu à l’unanimité se compose ainsi :

Marie-Claude BEAUDEAU

Emmanuel DANG-TRAN

Henri DERRIEN

Laurence FRADIN JOXE

Annie HUI BON HOA

Michel KLEIN

Claudie LECUYER

Marie-Paule LEROUX

Marie-Pierre MAURICE

Jacqueline MERCIRIS

Agnès ROLLAND

Malika THISSIER

Après avoir remercié tous les présents, la Présidente lève la séance à 20h45.

Je veux participer !
 J'adhère
 Dates à retenir

 Diffusion de notre « Lettre infos » dans le quartier

 Du 6 au 10 juin 2017

 à
 Marchés/ensembles d'immeubles etc.
 Derniers tracts